Charte de la Communion Priscille & Aquila

22 avril 2020

Ce document définit le charisme propre de la Communion Priscille & Aquila : il en précise la vocation, l’ancrage spirituel et les trois piliers sur lesquels s’appuient les couples qui s’engagent comme membres.

A - Contexte

Couples et familles chrétiennes sont à l’image de Dieu-Trinité et de Son Amour infini pour tout homme. Ce mystère de grande portée[1] est une immense bénédiction de vie. Pourtant, il est trop méconnu, alors qu’il s’enracine dans le projet nuptial de Dieu avec l’humanité, avec l’homme et la femme, projet dessiné dès avant la Création du monde et en voie d’accomplissement à travers l’œuvre de la Rédemption et de la Pentecôte.

Cette méconnaissance, voire le refus de ce grand mystère, conduit tant de couples et de familles de par le monde à être douloureusement éprouvés et divisés, sans en comprendre toujours les raisons profondes. Certains découvrent au contraire la nécessité d’accueillir le Christ comme Sauveur de l’amour conjugal et de s’entraider en Église sur ce chemin. Témoins de l’œuvre du Salut du Christ en leur vie, des couples reçoivent l’appel, parfois comme une nécessité impérieuse, d’annoncer et de proposer l’Évangile à ceux qui ne le connaissent pas.

Au travers d’une grande diversité de charismes et de situations de vie, le rayonnement et le témoignage évangélique de couples et de familles chrétiennes sont donc essentiels dans le monde d’aujourd’hui. Comme l’a rappelé avec force le concile Vatican II, il y a de nombreuses manières de vivre et de rayonner l’Évangile pour les laïcs au cœur du monde, mais il semble important qu’aujourd’hui se déploient davantage l’annonce explicite et le témoignage rendu à l’Évangile du Christ dans le souffle de l’Esprit-Saint par des couples eux-mêmes.

Comme nous y invitent particulièrement l’Église et les papes depuis le Concile Vatican II, les couples mariés sont appelés en Église à prendre toute leur part dans l’évangélisation, qui est témoignage et annonce de l’Évangile du Salut en Jésus-Christ, par des disciples dont la vie a été justement bouleversée, guérie[2] et sauvée par Dieu :

  • Jean-Paul II : « Les époux chrétiens participent à leur façon à la mission de Salut du Christ (..) Par conséquent, ils ‘reçoivent’ l’amour du Christ en devenant une communauté ’sauvée’ mais sont également appelés à ‘transmettre’ à leurs frères le même amour du Christ en devenant une communauté ‘qui sauve’ » (Familiaris Consortio §49)
  • Benoit XVI : « Le mariage est objet et sujet de la nouvelle évangélisation » (Rome, Synode sur la Nouvelle Evangélisation, 8/10/2012)
  • Pape François
    • « Chaque mariage est une ‘‘histoire de salut’’ (…) Au cœur de chaque famille doit retentir et s’expérimenter le kérygme afin qu’il éclaire le chemin (…) Sa mission est de rendre présent le kérygme (…) Face aux familles, doit toujours résonner le kérygme, la première annonce, “Jésus Christ t’a sauvé !” (…) il doit être au centre de l’activité évangélisatrice » (Amoris Laetitia, § 221, 290, 324, 57)
    • « Je souhaite insister sur le rôle missionnaire des couples ayant beaucoup reçu du Christ et de l’Église : vous avez à en témoigner, à l’annoncer, pour que d’autres soient, à leur tour, mis sur le chemin (…) J’appelle les couples à la mission et à s’engager davantage. Ils sont souvent les mieux placés pour annoncer Jésus-Christ » (Discours aux END, Rome, 10/9/2015)
    • L’Esprit Saint a voulu mettre au côté de l’Apôtre [Paul] cet exemple admirable d’époux itinérants (...) Nous nous demandons pourquoi ce modèle d’époux itinérants n’a jamais eu, dans la pastorale de l’Eglise, une identité d’époux évangélisateurs durant des siècles. C’est ce dont nous aurions besoin dans nos paroisses… (discours à la Rote du 25/01/2020)
B - Vocation de la Communion Priscille & Aquila

La Communion P&A a pour vocation spécifique[3] de rassembler en Église des couples unis dans le sacrement de mariage, ayant reçu un appel missionnaire conjugal qui peut se résumer au travers d’une phrase :

Annoncer en couple, dans l’Esprit saint et en Église, l’Évangile du Christ de manière explicite et kérygmatique[4], et susciter d’autres couples missionnaires.

C - Les trois piliers de la Communion Priscille & Aquila

Les couples de la Communion P&A reconnaissent que leur vocation s’enracine dans un triple appel dont chacun nourrit et éclaire l’autre[5].

1. Faire de leur famille une véritable Église domestique (ou « ecclesiola ») accueillant la Parole de Dieu et l’effusion de l’Esprit

« ’Pierre te dira des paroles qui t’apporteront le Salut, à toi et à toute ta famille’ (…) Or à peine avais-je [Pierre] commencé à parler que l’Esprit-Saint tomba sur eux, tout comme sur nous au début » (Ac 11, 14-15).

  • Sanctifier leur vie conjugale et familiale en puisant à la source des sacrements de l’initiation et du mariage
  • Se nourrir de l’eucharistie, dont le mystère éclaire et réalise le don mutuel de l’alliance des époux, 
  • Vivre dans la prière, la louange et sous la conduite de l’Esprit Saint
  • Faire croître le dialogue en profondeur et en vérité, par l’intercession, l’écoute, l’exhortation et le pardon mutuel 
  • Vivre leur « une seule chair » selon la Révélation chrétienne, afin « qu’à travers l’un et l’autre le langage du corps devienne la langue de la liturgie »[6] , et qu’à cette fin, leur « une seule chair » devienne un ‘lieu’ d’action de grâce, de sanctification, de purification et de conversion personnelle et conjugale
  • Discerner leurs choix de vie et leurs engagements par le partage spirituel et humain
  • Grandir dans l’amour conjugal tout en permettant à chacun des conjoints d’épanouir sa propre vocation : homme & femme, époux & épouse, frère & sœur, père & mère ; s’entraider dans la docilité à l’Esprit afin d’accueillir en Église ministères et charismes propres
  • Se former continuellement pour grandir dans l’intelligence de la foi, la vie spirituelle et la vie conjugale et familiale
  • Évangéliser et témoigner auprès de leurs enfants de manière crédible, renouvelée, assidue et adaptée
  • Vivre de leur travail au cœur du monde ou au service de ministères confiés par l’Église, tout en veillant à une simplicité et à un équilibre de vie, à une confiance en la Providence
  • Inscrire la vie de cette ecclesiola au cœur de la vie de l’Église locale.
2. Annoncer ensemble l’Évangile là où l’Esprit les conduit, en communion avec leurs pasteurs

« Chaque jour, au temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’enseigner et d’annoncer la Bonne Nouvelle du Christ Jésus » (Ac 5, 42)

  • Témoigner en couple et rendre compte explicitement de l’Espérance qui les habite car le Christ a profondément transformé leur vie personnelle et conjugale, l’éclaire et la nourrit chaque jour.
  • Annoncer explicitement le Christ-Sauveur dans une grande diversité de situations missionnaires, même si, l’annonce de l’Évangile du mariage, de la vie et de l’amour prendra une place singulière.
  • Accueillir les charismes que donne l’Esprit-Saint au service de la mission, et, dans l’esprit de la nouvelle évangélisation qui se déploie dans l’Église, faire de la Communion P&A une sorte d’incubateur et de pépinière missionnaire où peuvent se créer, se discerner et se déployer des charismes conjugaux spécifiques ou de nouveaux outils missionnaires.
  • Se former régulièrement à la mission, s’ouvrir à de nouveaux outils, pratiques, manières de faire, … avec comme priorité l’approfondissement constant d’une authentique spiritualité missionnaire.
  • Contribuer à former des couples missionnaires afin qu’ils soient un jour, à leur tour, en mesure d’évangéliser et d’en enseigner d’autres (cf. 2, Th 2,2) : transmettre ce savoir-faire en suivant la pédagogie d’apprentissage utilisée par Jésus auprès de ses disciples : ‘faire devant’, puis ‘faire avec’, puis ‘laisser faire’ (en relisant ensemble).
  • Coopérer dans l’évangélisation avec d’autres frères et sœurs dans la foi, des prêtres, des religieux, des religieuses comme avec des laïcs : être particulièrement attachés à développer une relation singulière de coopération missionnaire avec des ministres ordonnés de l’Église à l’exemple des liens profonds et fructueux qui unissaient Saints Priscille et Aquila, et Saint Paul.
  • Répondre avec joie et générosité, discernement et disponibilité aux appels de l’Église pour s’engager dans l’évangélisation en couple, tout en adaptant cette mission à l’équilibre de leur propre vie conjugale, avec une attention toute particulière aux besoins de leurs enfants.
3. Vivre en communion fraternelle et missionnaire avec d’autres couples

« Ils se montraient assidus à l’enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières » (Ac 2,42).

  • Rencontrer et partager régulièrement avec d’autres couples engagés dans la Communion P&A afin de s’entraider dans cette vocation missionnaire conjugale.
  • Rechercher les occasions d’évangéliser avec d’autres couples missionnaires, membres de la Communion P&A ou engagés dans d’autres réalités d’Église.
  • Se former, approfondir la révélation chrétienne du sacrement de mariage et la vocation missionnaire des baptisés et des couples.
  • Prier et agir de telle sorte que grandissent dans la Communion P&A - et bien au-delà dans toute l’Église - des vocations conjugales évangélisatrices.
  • Prier régulièrement et contribuer à sa mesure pour l’unité de la Communion P&A, la fidélité à sa vocation singulière, l’humilité et le sens du service de ses membres, leur audace et leur zèle missionnaires ancrés dans la foi catholique et la vie dans l’Esprit.
  • Savoir se mettre humblement en tenue de service[7] (cf. Luc 12,35) au sein de la Communion P&A : organisation, suivi pastoral, formation, … éléments essentiels pour répondre au 2d volet de la vocation de chaque couple engagé : « susciter des couples missionnaires ».
  • Vivre cette Communion, selon un mode souple et efficace tel le déploiement d’un réseau, où la subsidiarité, l’autonomie et la responsabilisation sont des principes organisationnels majeurs, tout en veillant à favoriser les appels nouveaux et surprenants de l’Esprit.
D -L’ancrage spirituel et ecclésial de la communion Priscille & Aquila

L’identité et l’appel spécifique de la Communion P&A sont éclairés, nourris par certaines figures apostoliques et spirituelles de l’Église, dont elle se sent particulièrement proche.

1. Vocation universelle à la sainteté

Dans la lignée du Concile Vatican II, la Communion P&A s’inscrit dans la vocation universelle des laïcs à la sainteté, vécue singulièrement au travers du sacrement du mariage. Le charisme de cette Communion est éclairé de manière particulière par l’extraordinaire dynamique que saint Jean-Paul II a impulsée en matière de nouvelle évangélisation, de théologie et de spiritualité conjugale.

2. La Communion P&A se reconnaît particulièrement dans les charismes et ministères de
  • Saints Priscille et Aquila[8] : ils ont offert l’hospitalité à l’Apôtre Paul, coopéré étroitement avec lui dans l’évangélisation, formé des disciples, accueilli les croyants et annoncé l’Évangile dans leur maison, risqué leur vie pour sauver Paul et l’ont accompagné dans nombre de ses périples missionnaires.
  • Saint Paul : particulièrement zélé pour le Christ et habité du feu de l’Esprit-Saint. Son ministère missionnaire est explicite, kérygmatique, présentant en tout lieu où il est appelé l’Évangile au grand jour, à temps et contretemps, tout en veillant à former solidement de nouveaux disciples du Christ, appelés eux-mêmes à devenir des missionnaires ardents.
3. Avec Marie et de nombreux saints témoins

Outre les figures-phare de St Paul, des Saints Priscille et Aquila et de saint Jean-Paul II, la Communion P&A se met sous la protection et la bénédiction toute particulière de la Vierge-Marie, Mère du Sauveur, Épouse de l’Esprit Saint, avec le concours spirituel de saints témoins du Christ et des anges qui lui seront précieux pour faire fructifier son appel :

  • Saint Joseph, père adoptif de Jésus, époux de Marie (cf. Mt 1, 20) et protecteur de la sainte famille
  • Saint Jean-Baptiste, ami de l’Epoux, témoin des noces de l’Agneau et martyr du mariage
  • La Samaritaine, témoin de la vraie source de l’amour, missionnaire de la première heure
  • Sainte Marie-Madeleine, pécheresse selon la chair, témoin de la Miséricorde, apôtre des apôtres
  • L’Archange saint Raphaël, guide des fiancés, protecteur des mariés
  • Saints Louis et Zélie Martin, 1er couple de saints mariés de l’histoire récente de l’Église

Les membres de la Communion P&A s’inspireront de l’exemple de tous ces saints et aînés dans la foi et l’évangélisation, méditeront leur vie et leur ministère et les prieront pour nourrir leur propre vie conjugale, spirituelle et apostolique.

4. Au sein des nouvelles réalités ecclésiales nées dans le sillage de Vatican II

La Communion P&A s’inscrit dans l’esprit de Pentecôte vécu par de nombreuses nouvelles réalités ecclésiales dans le sillage du Concile Vatican II. A savoir :

  • L’annonce de l’Évangile par des laïcs au travers du témoignage et de la prédication,
  • La priorité missionnaire auprès de ceux qui ne connaissent pas le Christ vivant,
  • Le grand attachement au ministère de Pierre et des successeurs des apôtres,
  • L’amour profond de l’Église et un attachement particulier à toute sa diversité,
  • L’importance donnée à la louange et à la liturgie,
  • L’alternance et la respiration entre la vie à Nazareth & la Mission.
  • L’accueil et l’exercice des différents charismes, dons de l’Esprit-Saint, au service de la mission.

[1] Cf. Ep 5, 31

[2] « N’est missionnaire que celui qui a été guéri par Dieu » (Benoit XVI - synode sur la Nouvelle Evangélisation, 2012)

[3] … qui n’englobe pas, loin s’en faut, la totalité de la vie chrétienne et missionnaire de chacun des époux.

[4] cf. Mc 16, 15 et Mt 28, 19

[5] Dénommé usuellement le « trépied » de P&A

[6] Jean-Paul II, catéchèse « L’Amour humain dans le plan divin » du 28 juin 1984

[7] Néanmoins, veiller à ce que les services réalisés pour le compte de la Communion n’empêchent pas un couple-membre de vivre le premier engagement P&A : évangéliser en couple sur le ‘terrain’

[8] Cf. Catéchèse de Benoit XVI du 7 février 2007, celle du pape François le 13 novembre 2019, ainsi que ses trois interventions au tribunal de la Rote les 29 janvier, 30 novembre 2019 et 25 janvier 2020. Cf. aussi Rm 16,3